Search

“The price of exclusion is too costly for us to continue with the status quo.”



“The price of exclusion is too costly for us to continue with the status quo.” CCYF report back on 19th Anniversary of the UN Security Council Resolution on Women, Peace and Security activities


November 13, 2019


At the end of October, CCYF co-founders Katrina Leclerc, Alexandria Kazmerik, and Senator Marilou McPhedran took part in events for the 19th Anniversary of United Nations Security Council Resolution (UNSCR) 1325 on Women, Peace and Security and the United Nations Security Council Open Debate on Women, Peace and Security (WPS) with the Global Network of Women Peacebuilders at the United Nations Headquarters in New York. During the Open Debate, Canada’s WPS Ambassador Jacqui O’Neill gave the official government statement, she declared: “We must be intentional about inclusion. Where are the young people, the Indigenous women, and the LGBTQI+ communities, among others? The price of exclusion is too costly for us to continue with the status quo.” Global leaders consistently addressed this issue in their speeches. If we know that the exclusion of young people from diverse backgrounds is holding back the peace movement - why isn’t more being done to make change? Young people cannot be seen only as observers – we must be seen as the leaders, innovators, and change-makers today. Impacts of the full inclusion of young people can be seen in spaces such as Senator McPhedran’s office whose entire staff team is under the age of 30. However, this is far from the status quo.


The first event the CCYF co-founders took part in was ‘The Big Question – Young people take on Women, Peace and Security.’ The room was filled with world leaders and countless young people from around the world working on both the WPS agenda and the Youth, Peace and Security (YPS) agenda. It is vital to merge efforts being made under these two agendas to ensure youth are not excluded in planning, program design, policy development, and decision-making processes for conflict prevention, resolution and recovery.


With today’s generation of young people being the largest we have seen globally, it is also important to highlight the role youth play in peace processes and how that impacts the implementation of the WPS agenda. Additionally, as youth are significantly impacted by global human rights violations, their voice needs to be equally included in the work being done that directly impacts them. This event was one of many demonstrations throughout the week of how young people will consistently advocate for lived rights for all people. Yet so many barriers stand in the way of young people getting to these spaces, including the continued denial of visas for young people to speak at the United Nations. This event highlighted the need to not only invite young people to the peace table, but the need to redesign what the peace table means to us. Young people are significantly impacted by human rights violations around the world and are being left out of conversations on solution-building that directly impacts their lives.


The four main calls to action from this event were that: (1) Access to education is needed to bridge the gap between global policy making and integrating WPS into peace education; (2) We need to address the double marginalization that young women face and how this impacts the implementation of the WPS and YPS agendas; (3) We need stronger migration policies and work needs to be done to better gender responses; and, (4) We need quotas for political participation and better mainstreaming across all levels. Inclusion at events, such as the United Nations Women, Peace and Security Anniversary Week, needs to extend to all people – including youth, persons with disabilities, Indigenous communities, members of the LGBTQI+ community, and all other historically marginalized groups.


In an event on sexual and reproductive health rights, Justine Masika was asked how other organizations can learn from her work with the Synergie des femmes pour les victimes des violences sexuelles to ensure success in their own peace work. Her answer was clear – engaging young people: “We must educate and work with young people, it is young people who will help us make change. They will ensure change within all of our communities.” Peace and security cannot fall into the gaps between the WPS and YPS agendas if we want to achieve sustainable peace. We need to implement these two agendas simultaneously at all levels and throughout the entirety of peace processes. Young people must be included in both the decision making and implementation processes.


To young people in Canada and the international community, we encourage you to continue innovating and working for change and advocating for the voices of young people to be heard across our global community. To current world leaders and decision-makers, do not continue moving forward without the meaningful engagement and participation of young people. It is time for people to stop calling youth the leaders of tomorrow, and recognize them as the leaders of today.


« Le prix de l'exclusion est trop coûteux pour que nous maintenions le statu quo ». Le CCJF rend compte sur le 19e anniversaire de la résolution du Conseil de sécurité des Nations Unies sur les activités « Femmes, paix et sécurité »


Le 13 novembre 2019


Fin octobre, cofondatrice du CCJF, Katrina Leclerc, Alexandria Kazmerik, et la sénatrice Marilou McPhedran ont pris part aux activités organisées à l'occasion du 19e anniversaire de la résolution 1325 du Conseil de sécurité des Nations Unies sur les femmes, la paix et la sécurité et le Débat ouvert du Conseil de sécurité des Nations Unies sur les femmes, la paix et la sécurité (FPS) avec le Global Network of Women Peacebuilders at au siège des Nations Unies à New York. Lors du débat ouvert, l’ambassadrice canadienne pour FPS, Jacqui O’Neill, a fait la déclaration officielle du gouvernement. Elle a déclaré : « Nous devons être intentionnels en matière d’inclusion. Où sont les jeunes, les femmes autochtones et les communautés LGBTQI +, entre autres? Le prix de l'exclusion est trop coûteux pour que nous puissions maintenir le statu quo ». Les leaders mondiaux ont constamment abordé cette question dans leurs discours. Si nous savons que l’exclusion des jeunes de divers milieux freine le mouvement pour la paix - pourquoi ne fait-on pas plus pour faire changer les choses? Les jeunes ne peuvent être considérés uniquement comme des observateurs - nous devons être perçus comme les leaders, les innovateurs et les acteurs du changement aujourd'hui. L’impact de l’inclusion totale des jeunes est visible dans des espaces tels que le bureau de la sénatrice McPhedran, dont tous les membres de l’équipe ont moins de 30 ans. Cependant, c’est loin du statu quo.


Le premier événement auquel les cofondatrices du CCJF ont participé était « La grande question - Les jeunes s'attaquent aux femmes, à la paix et à la sécurité ». La salle était remplie de leaders mondiaux et d'innombrables jeunes du monde entier travaillant à la fois sur l'agenda FPS et l'agenda Jeunes, paix et sécurité (JPS). Il est essentiel de fusionner les efforts déployés dans le cadre de ces deux programmes pour veiller à ce que les jeunes ne soient pas exclus de la planification, de la conception des programmes, de l’élaboration des politiques et de la prise de décisions en matière de prévention, de résolution et de rétablissement des conflits.


Avec la génération de jeunes d’aujourd’hui étant la plus nombreuse que nous ayons vue à l’échelle mondiale, il est également important de souligner le rôle que jouent les jeunes dans les processus de paix et son impact sur la mise en œuvre du programme FPS. En outre, les violations des droits de la personne affectant considérablement les jeunes, ils doivent également faire partie du travail qui les concerne directement. Cet événement a été l’une des nombreuses manifestations de la semaine sur la manière dont les jeunes défendront systématiquement les droits vécus de tous. Pourtant, de nombreux obstacles empêchent les jeunes d'accéder à ces espaces, notamment le refus permanent de visas leur permettant de s'exprimer aux Nations Unies. Cet événement a mis en lumière la nécessité non seulement d'inviter les jeunes à la table de la paix, mais également de repenser ce que la table pour la paix représente pour nous. Les violations des droits de la personne commises dans le monde affectent de manière significative les jeunes et sont laissés en dehors des discussions sur l'élaboration de solutions qui affectent directement leur vie.


Les quatre principaux appels à l’action de cet événement étaient les suivants : (1) L’accès à l’éducation est nécessaire pour combler l’écart entre l’élaboration de politiques mondiales et l’intégration de FPS dans l’éducation pour la paix ; (2) Nous devons nous attaquer à la double marginalisation des jeunes femmes et à son impact sur la mise en œuvre des agendas FPS et JPS ; (3) Nous avons besoin de politiques migratoires plus fortes et des efforts doivent être faits pour améliorer les réponses liées au genre ; et (4) Nous avons besoin de quotas pour la participation politique et une meilleure intégration à tous les niveaux. L’inclusion dans des événements tels que la semaine d’anniversaire des Nations Unies pour les Femmes, la paix et la sécurité doit s’étendre à toutes les personnes - y compris les jeunes, les personnes handicapées, les communautés autochtones, les membres de la communauté LGBTQI+ et tous les autres groupes historiquement marginalisés.


Lors d'un événement sur les droits en matière de santé sexuelle et reproductive, Justine Masika a été interrogée sur la manière dont d'autres organisations peuvent tirer des enseignements de son travail avec la Synergie des femmes pour les victimes des violences sexuelles pour assurer le succès de leur propre travail pour la paix. Sa réponse était claire : engager les jeunes : « Nous devons éduquer et travailler avec les jeunes, ce sont les jeunes qui nous aideront à faire changer les choses. Ils garantiront un changement au sein de toutes nos communautés ». La paix et la sécurité ne peuvent pas faire partie des écarts entre les agendas FPS et JPS si nous voulons parvenir à une paix durable. Nous devons mettre en œuvre ces deux programmes simultanément, à tous les niveaux et dans l’ensemble des processus de paix. Les jeunes doivent être inclus dans les processus de prise de décision et de mise en œuvre.


Aux jeunes canadien(ne)s et à la communauté internationale, nous vous encourageons à continuer d'innover et de travailler pour le changement et à plaider pour que la voix des jeunes soit entendue à travers notre communauté mondiale. Pour les leaders et les décideurs mondiaux actuels, ne continuez pas à avancer sans l'engagement et la participation significatifs des jeunes. Il est temps que les gens arrêtent d'appeler les jeunes les leaders de demain et les reconnaissent comme les leaders d'aujourd'hui.

© 2020 Hon. Marilou McPhedran

  • Twitter
  • Instagram